Un pas en avant et 2 de retour

Avec toute la compréhension que l’État doit prendre des impôts, je malheureusement simplement tombe de l’armoire. Cedric était avec le Bureau des impôts et a obtenu un projet de loi qui est tres dur. Maintenant, ils veulent avoir 67% du prix d’achat. Un nouvel obstacle à éclaircir avant de pouvoir travailler. Ne serait-il pas beaucoup plus sage si l’état du Burkina Faso a gagné du travail de son citoyen, Cedric Sangare, que de la voiture d’importation. Beaucoup plus d’argent des voyageurs d’Europe et du monde entier viendrait dans le pays au fil des ans. De cette façon, le travail est empêché au début et un développement n’est pas encore possible. Nous travaillons sur une solution. Cher président Roch Marc Christian Kaboré, je souhaite que vous améliorerez cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *