Fantôme noir

Nous nous dressons au milieu de la Harz avec le campeur dans la neige. Il neige et nous cuisinons quelque chose pour le dîner. L’humeur est déprimé et Cedric ne sait pas comment procéder. Je décide avec lui de terminer le plan d’affaires que nous avons commencé il y a quelques jours. Dans une simple liste Excel, nous entrons tout. Mes questions occidentales sur les taxes, l’électricité, l’eau, l’assurance automobile conduisent à ma réalisation, les choses vont différemment au Burkina Faso. Néanmoins, nous obtenons un bon modèle d’affaires et un plan qui pourrait être payant.

Le lendemain, Snowkite est l’ordre du jour. Un événement d’une école de kite locale avec de nombreux visiteurs. Cédric et moi sommes les premiers à l’endroit et je me construis. Le vent n’est pas bon et nous nous dressons autour d’un lot. Je ne remarque personne qui parle à Cedric. Personne ne l’aborde ou semble le percevoir. La même chose s’est produite hier à Halberstadt. La température dans un café chic était beaucoup perceptible quand nous sommes allés pour boire du café et des conseils.

Après le snowkite, la décision est prise: on roule jusqu’à la ZASt. N’importe quoi d’autre n’a aucun sens et ne pas obtenir Cedric plus loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *